Les chantiers en zone urbaine et leurs caractéristiques

Les zones urbaines sont en constante évolution, ce qui multiplie les nombres de chantiers impactant les routes et les espaces publics.

Ce type de travaux peut généralement causer des perturbations et des modifications pour les usagers.  Tel que des déviations, des empiétements sur le trottoir, sur un passage piéton ou encore un arrêt de bus.

De ce fait, il est donc impératif que l’ensemble des usagers analysent les risques et prennent en compte les modifications effectuées.

La signalisation temporaire des chantiers en zone urbaine

Les modifications de l’environnement urbain peuvent conduire à de nombreux changements et l’ajout de dispositifs spécifiques. Dans ce cas, c’est donc le principe de la signalisation temporaire qui s’applique.

 

Panneaux de signalisation de travaux temporaires

 

Les panneaux 

En ville, les caractéristiques de la rue, de l’environnement urbain  ou encore des conditions atmosphériques peuvent générer des difficultés quant à l’installation des panneaux et leur visibilité.  En raison des contraintes de visibilité et du fait que les panneaux en eux-mêmes constituer un danger, il existe certaines dérogations concernant les règles d’implantation :

  • La petite gamme des panneaux (700mm) peut être utilisée dans les rues étroites.
  • La distance entre les panneaux peut être réduite à 10 mètres minimums. Néanmoins il faut adapter cette distance aux conditions extérieures comme la limitation de vitesse.
  • Les panneaux implantés sur les trottoirs doivent être à au moins 0,50 mètre du bord de la chaussée. Cependant, il faut laisser une largeur disponible pour les piétons d’au moins 0,90 mètre. Ainsi, les panneaux peuvent être fixés sur des poteaux placés en bordure du trottoir ou sur des supports existants à une hauteur d’au moins 2 mètres. Il est même envisageable de les poser sur la chaussée ou sur des supports existants à une hauteur d’au moins 2 mètres, ou même, en dernière solution, posés sur la chaussée.

 

Quelques dispositions spécifiques

Le balisage des chantiers :

En milieu urbain, le balisage doit indiquer la position exacte du chantier. Il doit également constituer une barrière entre la zone de travaux et les voies de circulation. Ce qui permettra d’assurer à la fois la sécurité du chantier et celle des autres usagers.

La signalisation de position se compose d’un balisage  :

  • frontal avec des barrières K2 ou K8
  • longitudinal côté circulation, constitué de dispositifs K5 (cônes, piquets, balises …) ou K16
  • longitudinal côté trottoir, constitué de dispositifs K14 complétés de barrières stables en cas de danger.

Balises K5 pour chantiersCônes pour chantiers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant en cas de protection du chantier par des palissades, il n’est pas nécessaire de mettre en place des dispositifs K5, K14 ou K16 pour le balisage longitudinal. Néanmoins, les palissades devront être munies de dispositifs rétroréfléchissants dirigés vers les automobilistes.

On doit éviter d’utiliser des barrières stables avec des pieds en arceaux, car ces derniers constituent un obstacle dangereux pour les piétons et les deux roues.

 

De nuit :

De nuit, il est primordial que toutes dispositions soient prises pour assurer la visibilité des panneaux et du balisage du chantier.

 

Sécurité des piétons :

Les chantiers urbains se caractérisent par la présence de piétons dont la sécurité et l’itinéraire doivent être assurés.

De ce fait, si c’est possible la largeur laissée libre aux piétons doit être de 1,40 mètre lorsque les travaux empiètent sur le trottoir.

Dans le cas contraire : soit un passage doit être aménagé sur la chaussée. Soit une déviation et un passage piéton provisoire doivent aménager.

 

 Voies spécifiques :

Le milieu urbain comprend également, de plus en plus de voies réservées aux autobus ou aux deux-roues.

Il faut éviter au maximum de dévier les réseaux de transport en commun. Dans le cas où les chantiers se situeraient sur une voie réservée, les véhicules de transport sont généralement affectés à la circulation générale.

En ce qui concerne la sécurité des deux roues. Il faut éviter que la chaussée ne soit glissante et en veillant à la position des panneaux pouvant constituer un obstacle.

Lorsque des travaux débordent sur une piste cyclable, il est nécessaire  par l’intermédiaire d’un biseau soit d’intégrer les deux-roues dans le trafic général.  Soit de reconstituer  une bande cyclable si le trafic deux-roues est important et que la durée des chantiers le justifie.

LinkedIn
Facebook
Pinterest

Vous aimerez aussi ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.